Management hybride : les 4 erreurs à vraiment éviter !

Blog > Qualité de Vie au Travail - Temps de lecture : 7 min.

Le management hybride est un sujet ô combien d'actualité : 75 % des salariés et 66 % des dirigeants estiment que le télétravail va continuer à se développer (Baromètre annuel du télétravail | 2021). Pour se développer sur la bonne voie, les managers doivent éviter 4 erreurs essentielles ! 

 

Accédez au replay du webinar

"Comment être un bon leader à l'heure du new normal ?"

  • Erreur n°1 : ne pas avoir une vision méta pour suivre les repères de vos salariés

Il y a encore des réticences vis-à-vis de la data RH dans le management. On a en effet tendance à lui associer un pouvoir de surveillance et de contrôle qui rigidifie les relations au travail. Pourtant, la data RH peut avoir un effet tout inverse ! Les baromètres sociaux, par exemple contribuent à améliorer le climat social. Comment ? En captant de la data RH pour faciliter l’organisation des managers et les relations au sein des équipes : une solution pour dresser un diagnostic des équipes en temps réel est également très efficace pour aligner les équipes, observer les performances et les résultats des équipes.

De plus, les enquêtes salariés régulières permettent d’optimiser la gestion de plusieurs problématiques humaines, matérielles ou comportementales au cours d’un projet. En outre, elles favorisent l’organisation du travail au sein des équipes en prenant en compte différents critères. Pour alléger leur charge de travail, gagner en rapidité et optimiser la prise de décision stratégique, les managers ont la possibilité de s'appuyer sur ces solutions d’analyse de datas RH, qui ont l’avantage de veiller sur plusieurs sujets en même temps, là où l’humain peut se trouver limité.

 

  • Erreur n°2 : manquer d’agilité, c’est désengager ses équipes

Les enjeux économiques et sociaux évoluent tous les jours et nous imposent une certaine capacité d’adaptation : les transformations du monde économique et du monde du travail redessinent régulièrement celui du management. Les dirigeants et les managers doivent faire face à ces accélérations en développant leur polyvalence et surtout leur agilité. Ce sont des managers que Cecile Dejoux, - Professeur en sciences de gestion et de management au CNAM, l’ENA et l’ESCP - appelle « à la pagaie ». Elle oppose ce mot à manager « modélisateur ».

Ce manager à la pagaie fait preuve de capacité d’adaptation pour avancer plus vite face aux vagues d’incertitudes et de paradoxes. Il doit prendre des décisions parfois opposées l’une à l’autre selon les étapes d’un projet, les contextes et les contraintes qu’il rencontre et donc « pagayer » à droite puis à gauche tout en avançant.

Mais attention, agilité ne veut pas dire flexibilité.

Ces termes sont certes tous les deux liés à l’idée d'adaptation mais leur approche n’est pas la même. Il y a en effet une différence d’état d’esprit. Le travail flexible renvoie davantage à l’organisation des tâches, des réunions, des horaires et à la mise en place d’habitudes tandis que le travail agile correspond à la vision du travail perçu par les  employés. C’est un état d’esprit focalisé sur les résultats qui peut alors rendre une organisation plus souple.

  • Erreur n°3 : manquer d’anticipation et d’attention

Au cours d'une période incertaine, il est parfois difficile de repérer les signaux qui nous mettent en difficulté. Comprendre un environnement professionnel signe le début d’un processus de management réussi. Rester attentif aux aléas et aux incertitudes permet de mieux les anticiper pour mieux faire évoluer ses équipes, particulièrement à distance. En outre, c’est une prise de recul nécessaire pour améliorer les performances globales des équipes.

  • Erreur n°4 : rater le coche vis-à-vis des nouvelles attentes des salariés hybrides

Le mode de travail hybride représente deux lieux de travail et plusieurs manières de travailler. Les entreprises ne peuvent donc pas calquer le fonctionnement en entreprise sur le travail à la maison. Le travail hybride se personnalise de plus en plus (nombre de jours de télétravail différent entre les employés par exemple) et offrir une expérience plus engageante aux employés devient primordial pour continuer à cultiver et à conjuguer culture d’entreprise et productivité.

 

Le rôle du manager revêt toute son importance avec ce phénomène d’hybridation. Il doit alors combiner des méthodes de travail synchrones (en temps réel) et asynchrones (à des temps différents).

 

Comment être un bon leader hybride nouveaux modes de management replay webinar